Inflation

Les États pratiquent également le troc

4 min

ENQUÊTE 2/3 – Le troc ne se limite pas aux échanges entre individus, qui est le plus connu des trois types répertoriés par l’International Reciprocal Trade Association. Les pays le pratiquent également. On parle alors de « marchés de compensation ».

marché troc argentine
Un marché de troc à Buenos Aires, en Argentine.Natacha Pisarenko/AP/SIPA

Selon le rapport de L‘International Reciprocal Trade Association (IRTA) de 2022, « au cours des 10 dernières années, en raison de la récession financière mondiale, de nombreux gouvernements ont reconnu l'avantage économique du troc et accepté les transactions de troc comme une forme alternative viable de commerce ». À titre d’exemple, 25% du commerce international des États-unis est fait de trocs.

Le commerce international se fait majoritairement en dollar, mais tous les pays du monde ne disposent pas d’une monnaie assez forte. La faiblesse des devises de certains est la première cause des trocs, la deuxième grande cause étant les crises financières, qui rendent la valeur des monnaies volatiles. Les trocs sont donc une mesure de réajustement aux défaillances monétaires.

Le troc entre pays, un moyen pour les plus faibles d’exister sur le marché international

Selon l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le troc est surtout primordial pour les pays en voie de développement. Il leur permet d’entrer sur le marché international, mais également d’importer de nouvelles technologies. Des pays d’Afrique ont, par exemple, fourni du cacao et du bois à l’Europe en échange de machines. En 2000, l'Inde et l'Irak ont ​​convenu d'un accord de troc « pétrole contre blé et riz », en vertu de l'article 50 des sanctions de l'ONU sur la guerre du golfe Persique. L’objectif était de faciliter la livraison quotidienne de 300.000 barils de pétrole à l'Inde au prix de 6,85 dollars l’unité, tandis que les ventes de pétrole irakien vers l'Asie étaient évaluées à environ 22 dollars le baril. En 2001, l’Inde avait encore accepté d’échanger 1,5 million de tonnes de brut irakien dans le cadre du programme « pétrole contre nourriture ».

Un pays sous embargo américain n'a plus accès au système financier mondial. De ce fait, plus personne n'a le droit, sous peine de sanctions lourdes...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous