Santé
Logo The Conversation

Maltraitance infantile : comment la violence actuelle induit la violence future

4 min

THE CONVERSATION - Selon l'Organisation mondiale de la Santé, au cours de l’année écoulée, on peut estimer que jusqu’à 1 milliard d’enfants âgés de 2 à 17 ans ont été victimes de maltraitance infantile.

the conv enfance
Les conséquences délétères des maltraitances infantiles persistent à l’âge adulte, voire au-delà…Caleb Woods / Unsplash

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Derrière cette expression se cachent la maltraitance physique (coups et blessures infligées à des enfants), la maltraitance émotionnelle (atteintes à l’estime de soi), les abus sexuels et la négligence. À cela, il faut ajouter les enfants qui sont exposés à des traumas infantiles, liés à des situations de violence, comme un terrain de guerre. Ces diverses formes de maltraitance et de traumas infantiles sont malheureusement fréquentes : par exemple on estime qu’au niveau mondial la prévalence est de l’ordre de 12.7 % rien que pour les abus sexuels.

Or, les conséquences de ces maltraitances se font sentir durant des années, voire des décennies, et même se perpétuer au-delà de l’existence des victimes.

La maltraitance infantile a des conséquences durables

Les conséquences de la maltraitance infantile sont dévastatrices puisqu’elles induisent des altérations du fonctionnement émotionnel, cognitif et social des sujets, altérations qui persistent une fois que les victimes sont devenues adultes.

Les conséquences peuvent être non seulement des pathologies psychiatriques telles que l’anxiété généralisée, la dépression, les états de stress post-traumatique, les addictions, mais aussi des pathologies métaboliques comme l’obésité. Ainsi, 46 % des adultes souffrant de dépression reportent avoir été victimes de maltraitances dans leur enfance, ce qui est un taux très élevé. Par ailleurs, certaines victimes de maltraitance reproduisent ce qu’ils ont subi enfant, et deviennent à leur tour des prédateurs.

De façon intéressante, ces altérations du fonctionnement psychologique ont été identifiées non seulement dans les cas où la maltraitance s’est traduite par des violences physiques (coups, viols), mais aussi dans les cas où les actes de maltraitance n’ont pas été associés à des atteintes physiques, comme c’est le cas avec les maltraitances émotionnelles ou la négligence. Ces effets sont...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous