Cinéma

Cérémonie des César : « Le règlement n’empêche pas les artistes mis en examen de concourir et d’être primés »

4 min

ANALYSE - Alors que s’ouvre demain la 49e grande messe du cinéma français, l’Académie des César reconduit et renforce ses règles concernant les violences sexuelles. Les personnes accusées par la justice pour des faits similaires seront privées de cérémonie mais pas de prix. Pour Clémentine Normand-Levy, avocate en droits des médias, ce règlement est un moyen pour l’Académie d’éviter les polémiques et les rétropédalages embarrassants.

48e cérémonie des César
48e cérémonie des CésarLAURENT VU/SIPA

Un sondage réalisé par OpinionWay les 7 et 8 février derniers, publié dans La Tribune Dimanche, révèle que pour un Français sur deux, les acteurs et réalisateurs poursuivis pour viol ou agression sexuelle ne doivent pas continuer à travailler dans le milieu du cinéma tant qu’ils n’ont pas été jugés.

Quatre ans après l’affaire Polanski, deux ans après la mise en examen de Sofianne Bennacer pour viols et violences sexuelles, l’opinion des Français semble se durcir. Dans le même temps, l’Académie des César s’est parée de nouvelles règles qu’elle a récemment renforcées pour son édition 2024 dans un communiqué sobrement intitulé « Non-mise en lumière d’une personne éligible aux César en cas de mise en cause judiciaire ». Désormais, toute personne ayant des démêlés avec la justice (pas forcément condamnée, mais faisant l’objet, par exemple, d’une mise en examen) pour une affaire ayant trait aux violences sexistes et sexuelles ne pourra être mise en lumière lors de la cérémonie.

FACTUEL. En excluant les personnalités mises en examen pour des faits de violence sexuelle ou des propos sexistes, la cérémonie des César se substitue-t-elle à la justice ?

Clémentine NORMAND-LÉVY. Non, l'Académie des César essaie au contraire de trouver des solutions à des intérêts divergents, un équilibre entre le respect de la présomption d’innocence et la parole des victimes. Auparavant, on avait des personnes qui étaient sous le coup d’une mise en examen ou d’une condamnation et qui pouvaient bénéficier d’une mise en lumière en étant sélectionnées pour leur qualités artistiques. La question est comment concilier une enquête, des soupçons de potentielles victimes avec la notoriété accordée à l’artiste ? Le travail qu’a fait l’Académie des César pour essayer de ménager les différents intérêts est assez intéressant dans la mesure où il s’appuie sur une décision de justice. Tout de même,...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous